Nous nous trouvons face à un modèle unique pour l’aménagement du territoire dans lequel les collectivités territoriales sont directement impliquées avec l’Etat garant de l’intérêt général. La solidarité entre les missions constitue la clé de voute de ce dispositif.Les Missions d’intérêt général mises en place depuis 2003 constituent aussi un outil dynamique d’adaptation et de priorisations des actions du concessionnaire sur les territoires. Ce modèle devrait être la référence pour la gestion multi-usage de nombreux bassins. Même si le concessionnaire n’y est pas forcèment pour grand chose, je déplore la baisse du trafic fluvial sur le Rhône dont les causes sont certainement multiples (conjoncture économique, performance du port de Marseille …). Quelles doivent être les actions concrètes pour stimuler ce transport plus vertueux en vallée du Rhône ?

Nous nous trouvons face à un modèle unique pour l'aménagement du territoire dans lequel les collectivités territoriales sont directement impliquées avec l'Etat garant de l'intérêt général. La solidarité entre les missions constitue la clé de voute de ce dispositif.Les Missions d'intérêt général mises en place depuis 2003 constituent aussi un outil dynamique d'adaptation et de priorisations des actions du concessionnaire sur les territoires. Ce modèle devrait être la référence pour la gestion multi-usage de nombreux bassins. Même si le concessionnaire n'y est pas forcèment pour grand chose, je déplore la baisse du trafic fluvial sur le Rhône dont les causes sont certainement multiples (conjoncture économique, performance du port de Marseille ...). Quelles doivent être les actions concrètes pour stimuler ce transport plus vertueux en vallée du Rhône ?
Réponse du Ministère de la Transition écologique et solidaire Les infrastructures de navigation (chenal, écluses et ports) sur le Rhône sont en capacité d’accueillir un trafic supplémentaire substantiel. À ce titre, le concessionnaire doit continuer l’entretien et l’adaptation de ces infrastructures en fonction de l’évolution du trafic. Afin de favoriser l’augmentation du transport fluvial sur le Rhône, l’Etat envisage dans le projet de prolongation et notamment dans la révision du schéma directeur une plus forte implication du concessionnaire sur le développement de nouvelles infrastructures portuaires en tant que de besoin, une contribution du concessionnaire à l’évolution de la gouvernance portuaire de l’axe et une contribution à la structuration et au développement des filières économiques et industrielles susceptibles de générer du trafic fluvial. Il est à noter que le concessionnaire incite financièrement les amodiataires implantés sur le domaine concédé à utiliser la voie d’eau pour leur logistique au travers d’une remise sur le prix de location du foncier. La prolongation de la concession permettrait de poursuivre cette incitation financière. Plus largement, le projet de prolongation de la concession s’inscrit dans les travaux conduits par le délégué interministériel de l’axe Méditerranée-Rhône-Saône. Ces travaux visent l’établissement d’un plan de performance logistique de l’axe que les actions découlant du schéma directeur de la concession mettront en œuvre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *